Ile de Montserrat (Petites Antilles) -- du 1 au 7 mars.

L'équipe de copains/joyeux drilles sur la terrasse du M.V.O. (à noter mon T-shirt un peu court vu que mon bagage n'a pas été délivré dès Antigua et ne le sera pas endéans 3 jours !). De gauche à droite, Juan Carlos (Juanito), Luc (Louk), Thierry (Uno), Alain (Alino).

L'île de Saint Martin (dépendance des Pays-Bas) -- L'approche de l'aéroport international est spectaculaire ; la piste côtoie une plage fréquentée.

Vol "Winair" en soirée de Saint Martin à Antigua via Kitt & Nevis (1h15) - Vol "Winair" en début de matinée entre Antigua et St Johns sur l'île de Montserrat (20 minutes). A noter que, vu de dos, Juan Carlos semble jouer le rôle d'instructeur pilotes. Apprendrait-il à piloter sur le tas ?

 L'approche de Montserrat par l'est (photo panoramique) permet de déjà deviner la Tar River Valley et de visualiser le nouveau dépôt pyroclastique (issu de l'éruption paroxysmale du 11 février) qui a complètement enseveli l'ancien aérodrome de Bramble au SE (baie de Trants) de l'île.

Volcan Soufrière Hills

Carte topographique et routière de Montserrat. Cliquez sur les zones rectangulaires pour visionner d'autres photos de cette zone sur une page spéciale. A droite, les itinéraires suivis sont en rouge.

Cliquez sur les cercles rouges pour accéder directement aux photos concernées. Trajets en route suivies en 4x4; trajets en bleu : randonnées.

Vue 3D en perspective à partir vers l'est ; superposition d'une carte "Google Earth" sur MNT/DEM issu d'un fichier SRTM à ~90 m de précision)

Cliquez sur l'image pour télécharger le MNT/DEM du massif S.H. tel qu'il était en octobre 2008 (fichier compilé à partir de données du M.V.O.)


Itinéraires pédestres suivis sur l'île (relevés GPS par Juan Carlos). Cliquez sur les zones en rouge (E et O) pour visualiser la portion de carte dans le détail.

Nous (Thierry, Juan Carlos, Luc et moi) avons débarqué à Montserrat le 1er mars, soit 18 jours après l'explosion paroxysmale du 11 février. L'activité du volcan était alors faible à modérée. Seuls quelques éboulements de blocs par gravité et de l'incandescence multifocale au niveau du nouveau cratère et sur les parois du dôme ont été observés.

Résumé de la crise éruptive la plus récente, du 4/10/2009 au 11/02/2010 (M.V.0.).

Les six derniers mois (d'octobre à mars) ont été marqués par l’activité la plus vigoureuse observée sur l’ensemble de l'éruption qui a débuté en juillet 1995. Du 4 octobre 2009 au 11 février 2010, le cinquième épisode d'activité extrusive a causé une augmentation du volume et de la hauteur du dôme sans précédent. Le dôme s’est développé vers le sud, l'ouest et le nord, à différentes périodes, et a produit de nombreux flux pyroclastiques dans ces directions, y compris l’entrée des premières coulées pyroclastiques dans Gingoes et Aymers Ghaut qui ont rejoint la mer. Des explosions importantes ont eu lieu à cinq occasions en janvier et février 2010, celle du 8 janvier était la plus importante en volume et a émis une coulée pyroclastique longue de 6 km dans la vallée du Belham, et plus loin encore. Des cendres sont retombées fréquemment sur les zones habitées au cours de cet épisode éruptif.


Le 11 Février 2010, le jour suivant le changement de direction de la croissance du dôme, la partie nord du dôme, ayant un volume de 40-50 millions de mètres cubes, s'est effondré durant deux heures, produisant de grosses coulées pyroclastiques et des vagues pyroclastiques dirigées essentiellement vers le nord et le nord-est. Elles se sont répandues le long de la côte entre Trants et Spanish Point, ajoutant environ un kilomètre carré de nouvelles terres. Deux flux pyroclastiques mienurs ont également pénétré dans la vallée de Belham. Vers la fin de l'effondrement, une coulée pyroclastique énergétique s’est dirigée vers le nord et a recouvert les bourgs de Streatham et Harris. Ces flux pyroclastiques ont atteint la crête de Harris pour aboutir à Bugby Hole et finalement, pour la première fois, en aval de la rivière Farm. L'événement s'est clôturé par des explosions dirigées verticalement qui ont creusé un nouveau cratère immédiatement après l’effondrement partiel du dôme. L’évènement a généré une puissante colonne de cendre accompagnée de retombées de cendre importantes sur la Guadeloupe et dans d’autres parties de l’archipel caribéen oriental.

Depuis le 11 février, l'activité de surface a été très calme, alors que l’activité sismique était dans le même temps très faible. Les mesures de déformations GPS ont indiqué depuis lors que la déformation profonde a repris. Ce fait, combiné avec les mesures des gaz, indique que le système volcanique reste actif. Malgré l’élimination d'une partie importante du dôme sur le versant nord, une grande masse du dôme reste à risques. Cette portion de dôme pourrait encore s’effondrer vers le nord. Nous pensons que l'activité ultérieure la plus probable sera une reprise de l'extrusion de lave. Le modèle de phases éruptives extrusives plus courtes, noté au SAC13, se poursuit.

Les estimations préliminaires basées sur les conditions actuelles indiquent que les risques rencontrés par les personnes résidant dans les zones A et B sont légèrement plus élevés qu’il y a six mois. Comme nous l’avons observé le 11 février, la survenue d’événements extrêmement dangereux, affectant les zones à risques A et B sans avertissement, reste une possibilité très réelle.
 


BELHAM RIVER

La vallée de la rivière Belham envahie de lahars et, au loin, l'édifice du M.V.O.

 

A proximité de la route, une habitation est partiellement enfouie sous les coulées de boue comblant le lit la rivière Belham -- Juan Carlos est quasi mimétique dans les dépôts grisâtres des coulées de boue et de chutes de cendre récentes.

Notre véhicule 4x4 stationne dans le lit comblé de la rivière Belham - Le toit d'une demeure surnage au-dessus du dépôt issu de la dernière coulée de boue.

Luc et Thierry semblent perplexes devant les demeures abandonnées alors que Juan immortalise la scène.


Point de vue sur la route de l'Est

Le nouveau dépôt blanchâtre est issu des coulées pyroclastiques générées lors de l'éruption paroxysmale du 11 février dernier. Le dépôt atteint une trentaine de mètres d'épaisseur au niveau de l'ancien aéroport de Bramble qui a été entièrement enseveli sous les matériaux fins et les blocs charriés par les nuées ardentes. Vue de la route du SE menant à Jack Boy Hill.

Le massif de Soufrière Hills émerge à peine des nuages cotonneux et des gaz volcaniques - Vue de la route de l'Est.

 

Mes trois amis s'interrogent devant le nouveau dépôt qui est déjà en train d'être érodé par l'océan (formation de lagunes).

Mosaïque panoramique par Luc CALVI (vue de la route est).

 

Le dépôt pyroclastique s'est avancé de près d'un km dans la mer -- Les matériaux des nuées ardentes ont recouvert entièrement l'ancien aérodrome de Bramble ainsi que l'ancienne usine sucrière dont seul le haut de la cheminée émerge du dépôt.

De gros blocs, charriés par les puissantes coulées pyroclastiques du 11 février, surnagent sur le dépôt de matériaux fins qui est encore à une température de plusieurs centaines de degrés Celsius.

Jack Boy Hill Mirador

Le sommet du complexe volcanique de Soufrière Hills se dégage peu à peu de sa couverture nuageuse quasi permanente. L'étroite vallée de la rivière Tar se devine au centre entre le volcan et Roche's Mountain à l'arrière-plan.

 

L'ombre d'un nuage se reflète sur le dépôt pyroclastique -- Le cône de Soufrière Hills observé du point de vue de Jack Boy Hill.

 

De petits éboulements affectent fréquemment la partie supérieure de l'édifice très pentue. On discerne en partie, parmi les gaz et nuages, le nouveau dôme issu de l'activité de 2009-2010. Une langue de l'ancien dôme est en équilibre instable sur le flanc oriental.

Une petite explosion gazeuse a lieu sous nos yeux au niveau du tout nouveau cratère issu de l'éruption du 11 février  -- Un âne curieux nous observe.

 

La route qui aboutissait à l'ancien aérodrome de Bramble est interrompue par le nouveau dépôt pyroclastique.

 Seule la partie supérieure de la cheminée d'une usine sucrière émerge de la cendre.

Mosaïque panoramique par Luc CALVI (seule la partie supérieure de la cheminée d'une usine sucrière, située à proximité de l'aérodrome de Bramble, émerge encore du dépôt pyroclastique).


Garibaldi Hill

La Belham River, St Georges Hill et Soufrière Hills vus de Garibaldi Hill -- Central Hills et Salem vus de Garibaldi Hill.

 

Salem et Old Town vus de la colline Garibaldi - L'observatoire M.V.O. photographié au zoom maximum (18 x).

Les faubourgs nord de Plymouth lèchent les basses pentes de Soufrière Hills -- Plymouth (l'ancienne capitale de l'île transformée en Pompéi moderne) vue de Garibaldi Hill.

D'énormes blocs jonchent le fond d'un ravin issu des processus d'érosion engendrés par les lahars successifs.

 

La partie avale de la coulée pyroclastique du 5 février qui a emprunté le lit supérieur de la rivière Belham au niveau de la rivière Dyer's

Au loin, l'ancienne capitale ensevelie de Plymouth vue du sommet de la colline Garibaldi.

L'embarcadère de Plymouth.

Mosaïque panoramique (vue de Garibaldi Hill : St Georges Hills ; Soufrière Hills et Plymouth).


Plage à l'embouchure de la Belham River

Sur une plage de sable noir, située à l'embouchure de la rivière Belham, un pêcheur local patiente alors qu'un pélican cherche à lui faire de la concurrence.

Au fond, le village d'Old Town, où se trouve "Essence" , notre gîte d'hôtes belge tenu par les sympathiques Annie & Erik -- Complexe hôtelier abandonné à Old Town.

Des fleurs tropicales malgré l'abondante cendre et la sécheresse qui affecte l'île depuis plusieurs mois.

L'embouchure de la rivière Belham s'est avancé sur l'océan au fil des années - Les pavillons du complexe hôtelier abandonné en contrebas d'Old Town.

Mosaïque panoramique par Luc CALVI (vue du gîte G.H.; de l'arrière-plan à l'avant plan : S.H., St Georges Hill & Garibaldi Hill)


Notre gîte "Essence" (parfum)

Le gîte d'Annie et d'Erik est situé à 6.5 km à vol d'oiseau du cratère de S.H..; en zone B.

Un petit-déjeuner au pied du volcan !

Aujourd'hui 2 mars, c'est l'anniversaire de Luc (Louk) ; il a 60 ans tout juste ! En cadeau, il reçoit notamment un ouvrage sur les volcans bien sûr et une bouteille de vin de la part d'Annie et d'Erik !


En route vers Plymouth via Richmond Hill

En guise d'anniversaire, nous partons, à la hâte, vers Plymouth via Richmond Hill. Nous tentons de nous dissimiler des vols constants des deux hélicoptères basés à Antigua, mais c'est peine perdue tant ils balaient ce coin de l'île à une fréquence très régulière.

Plymouth sous la cendre fine vue du sommet de Richmond Hill.

Une des nombreuse habitations luxueuses abandonnées dans la précipitation lors de l'évacuation générale de Plymouth en 1997.

Plymouth fait partie désormais d'un paysage de cinéma en noir et blanc; une ville fantôme surprenante !

La ville s'étendait jusqu'aux contreforts du massif volcanique !

Alino sur le balcon d'une villa abandonnée à Richmond Hill !

L'intérieur dévasté d'une luxueuse habitation sur les hauteurs de Plymouth.

Les réservoirs pétroliers de Plymouth -- Un des nombreux moulins à sucre de la zone de Plymouth.

 

Plymouth est vue au loin de la terrasse d'une villa située sur une petite colline.

Un panorama grisâtre parsemé de quelques arbustes.

Plymouth Est sous la cendre pulvérulente levée par les rafales de vent.

D'autres vues de Plymouth sous la cendre grisâtre.

Juan Carlos et Thierry à l'ombre , les pieds dans la cendre.

Au retour, il faut remonter sur la colline de Richmond et l'eau commence à manquer ! Le paysage est très sec étant donné l'absence de précipitations depuis plusieurs mois.

Au fond, les coulées pyroclastiques des 5 et 11 février qui ont traversé Plymouth ; vue du sommet de Richmond Hill.

Page spéciale "PLYMOUTH"


Rendez-Vous Bay

En route vers la belle plage de la baie Rendez-vous ! Le sentier débute en haut d'une carrière de pouzzolane utilisée pour la fabrication de ciment.

Au sommet d'une petite colline arbustive, on découvre les eaux turquoises de la petite baie - Juan Carlos est cette fois sans flûte mais avec palmes.

Mes compagnons d'aventure se baignent dans les eaux bleues de Rendez-Vous Bay au nord de l'île, baie réputée pour ses petits massifs coralliens !


St Johns

Cette fois, on pense à acheter des fruits frais et, bien sûr, on n'oublie pas la bière !

Vue des routes proches de l'aéroport de St Johns.

Et voici la carte des menus Messieurs ! -- Et encore un "ptite bière" locale (Caraibean Beer) pour la route ... (photos T.S.)

La zone de St Johns-St Peters au nord de l'île - Perspective vers le port localisé dans une petite baie au N.O. de l'île.


Mirador du M.V.O..

L'héliport du M.V.O. -- la partie inférieure (Dyer's River) de Tyer's Ghaut léchant St Georges Hill.

L'édifice élancé de Soufrière Hills -- Exceptionnellement, le massif volcanique est entièrement dégagé des nuages; seuls les gaz volcaniques voilent quelque peu le volcan.

Séance photos sur la terrasse du M.V.O.

"Air Studio" où de célèbres groupes musicaux britanniques ont enregistré des disques (Beatles, Rolling Stones, Pink Floyd, etc.).

Les coulées pyroclastiques dévastatrices du 11 février ont d'abord emprunté Tuitts Ghaut avant d'envahir Farell Plain où était localisé l'ancien aérodrome de Bramble.

St Georges Hill et ses deux célèbres éoliennes ! -- Un petit village, relativement bien protégé des nuées ardentes, se trouve dans la vallée séparant Gages Mountain de St Georges Hill.

Le cône de Soufrière Hills est bordé à l'ouest par Gages Mountain -- La petite bosse à droite de la photo est Chance Peak, l'ancien sommet du massif volcanique. Le nouveau dôme de lave constitue aujourd'hui le sommet de l'édifice volcanique et le point culminant de l'île de Montserrat.

L'embouchure de la rivière Belham vue du M.V.O.

Vue panoramique sur le versant nord de Soufrière Hills, la partie supérieure de la Belham Valley (Dyers Valley) et la portion orientale de St Georges Hill.

Mosaïque panoramique par Luc CALVI  (le flanc nord du massif de "La vieille Dame" vu du M.V.O.; à gauche l'épais dépôt du 11 février issu du dôme sommital via Tuitts Ghaut).

Mosaïque panoramique par Luc CALVI (vue du M.V.O. : Soufrière Hills, Gages Mountain, St Georges Hills)

Le soleil se couche sur Montserrat (vu de l'observatoire) -- Le cône s'éclaircit de plus en plus !

Incandescence multifocale au sommet et sur le flanc NE de l'édifice - Photo Luc CALVI.

Les quatre photos ci-dessus sont de Luc CALVI

Le dôme est constellé de multiples points incandescents.

 

L'augmentation de la sensibilité lumineuse (jusqu'à 6400 ISO ASA à droite) permet de discerner au zoom maximum les sources incandescentes. Des blocs incandescents dégringolent les pentes externes du nouveau cratère sommital (~200 x 100 m. de large).


En route vers le nouveau dépôt pyroclastique oriental émis lors de l'éruption paroxysmale du 11 février

Levé de soleil sur la baie de Trants

Dès le levé de soleil, nous nous mettons en route vers la nouvelle plage du S.E. de Montserrat ! On va tenter de cheminer le long du récent dépôt pyroclastique du 11 février.

A ce moment, on ne sait pas encore ce qui nous attend, surtout en ce qui me concerne !

Le camion de pompiers de l'ancien aérodrome de Bramble est complètement détruit et sa tôle est tordue par la chaleur. Une bâtisse est à moitié enfouie sous la cendre sur la bordure nord du dépôt pyroclastique.

Les coulées pyroclastiques du 11 février dernier ont envahi la plaine Farewell et englouti l'ancien aérodrome de Bramble. De gigantesques blocs, issus du dôme de lave, ont été charriés sur plusieurs kilomètres, dénotant l'extrême puissance de ce phénomène éruptif paroxysmal particulier. La plaine Farewell est couverte de plusieurs mètres à dizaines de mètres de dépôts encore très chauds. Les coulées ont enseveli le petit village de Haris situé derrière la seconde petite colline.

Luc tâte le sol spongieux du nouveau dépôt, encore très chaud à quelques cm de profondeur et libérant des poches de gaz sous son poids.

Des cadavres d'animaux (essentiellement du bétail tels que chèvres, vaches et ânes) jonchent le sol de matériaux fins. Ils semblent avoir été asphyxiés par les gaz chauds alors que leur corps n'est pas brûlé. Ces animaux ont peut-être péri en essayant de regagner rapidement un endroit sûr après l'éruption du 11 février.

Luc examine une cabine électrique proche de l'aérodrome Bramble -- Le camion des sapeurs pompiers de l'aérodrome est désormais hors d'usage.

Luc, Juan Carlos et moi descendons vers la nouvelle plage éphémère du S.E. de l'île de Montserrat -- Le paysage devient rapidement fantomatique et inquiétant !

La cheminée d'une sucrerie émerge de la cendre -- Les coulées pyroclastiques, issues du dôme sommital, ont dévalé Tuitts Ghaut et ont ensuite déboulé sur l'aérodrome de Bramble en l'ensevelissant entièrement sous une épaisse couverture de matériaux fins très chauds. Le phénomène aurait duré près de deux heures selon le M.V.O..

Panorama de la portion avale SE du dépôt pyroclastique du 11 février, par Luc CALVI

Afin d'atteindre la nouvelle plage de sable noir en relative sécurité, il faut franchir une barricade élastique.

A gauche, la végétation a été brûlée par les gaz chauds des nuées ardentes (à noter que la limite entre végétation saine et affectée est très nette) -- La nouvelle plage de sable gris foncé.

Luc et Juan Carlos tentent de trouver un chemin sûr pour atteindre la plage -- D'énormes blocs flottent sur le dépôt de matériaux pyroclastiques fins.

La nouvelle plage est balayée par des rafales de vent qui soulèvent les fines particules pyroclastiques et nous les expédie par intermittence dans les yeux.

Je pars en éclaireur sur cette toute nouvelle plage de sable noir alors que mes deux compagnons d'aventure discutent, peut-être des risques de cette balade inhabituelle !

Une bouteille de gaz rouillée a été charriée jusqu'à l'extrémité de la plage. Attention, danger d'explosion !

La plage est déjà rongée par les vagues et de petites lagunes sont en train de se former sous nos yeux.

Mes compagnons, Luc et Juan Carlos, suivent à bonne distance. Seraient-ils en attente d'un évènement imprévu ?

Des plaquages de soufre en pellicule fine recouvrent localement le dépôt.

.

 De petits cratères jalonnent localement le dépôt. Ils sont le témoignage de la violente libération tardive des gaz volcaniques restés emprisonnés au sein de la coulée pyroclastique à proximité du rivage, aux endroits où l'épaisseur du dépôt est en principe la plus faible. Pour expliquer la présence de ces dégazages, une interaction avec l'eau de mer n'est pas à exclure !

 Le dépôt est balayé par le vent qui soulève la poussière -- A cet endroit, le dépôt pyroclastique est un véritable champ de mines éclaté.

Le paysage devient intéressant lorsque le vent retombe.

Regard vers la côte orientale de l'île.

 

Un iguane réchauffe son corps à sang froid sous le soleil brûlant !

Un peu de repos avant l'incident des sables mouvants. Une déferlante a surgi dans notre direction et nous a poussé à fuir en courant pour éviter le mouillage des chaussures. C'est à ce moment que je m'enfonce subitement, jusqu'au nombril, dans le sable imbibé d'eau. Juan Carlos, situé à un mètre, s'est lui enfoncé seulement jusqu'au genou. Mon appareil photo tombe à  l'eau et je ne parviens plus à bouger. Juan et Luc me tirent rapidement de ce mauvais pas mais l'appareil photo ne fonctionnera désormais plus à Montserrat.

Panorama du "champ de mines éclaté" dans la partie SE du dépôt pyroclastique du 11 février, par Luc CALVI

Autres clichés panoramiques montrant le complexe volcanique à partir du nouveau rivage percé de trous d'explosion et parsemé de dépôts soufrés superficiels ; photos Alain

On a marché sur la mer ! Trajet suivi le long du nouveau rivage créé par le dépôt pyroclastique du 11 février dernier (relevé GPS par Juan Carlos M.)


Page spéciale de la randonnée sur le nouveau rivage S.E. de Montserrat.


Front du dépôt pyroclastique (encore chaud) du 5 février dans la rivière Dyer's

Photos réalisées avec ma caméra vidéo.

Front de la coulée pyroclastique du 5 février en aval de Tyer's Ghaut (Dyer's River).

Cliquez pour visionner des photos de Juan Carlos


En route vers St Georges Hill pour profiter d'un panorama spectaculaire sur Plymouth et sur Soufrière Hills.

En route vers St Georges Hills malgré l'accès interdit !

Le versant occidental de Soufrière Hills au levé du soleil.

Les deux éoliennes de St Georges Hills - Le dôme sommital de S.H. séparé uniquement de St Georges Hill par Gages Mountain.

Gages Mountain, Chance Peak et le nouveau dôme -- A droite, on devine le nouveau cratère du volcan. Il est apparu après l'éruption paroxysmale du 11 février.

Mosaïque panoramique par Luc CALVI (vue de St Georges Hill : Gages Mountain et le nouveau cratère, large d'environ 100 x 200 m., dégazant de S.H.)

Mosaïque panoramique par Luc CALVI (vue du sommet de St Georges Hill. : Soufrière Hills, Gages Mountain, Gages Valley et Plymouth)

Une ravine entaille les dépôts de matériaux fins jusqu'au pied de Gages Mountain.

Mosaïque panoramique par Luc CALVI  (vue du sommet de St Georges Hill vers le sud; le paysage est totalement recouvert de cendre)

Mi amigo conquistador esta feliz, gano la cima !

Plymouth vu du sommet de St Georges Hills -- Deux énormes blocs sont posés sur la cendre au centre de Plymouth.


Page spéciale : randonnée matinale au sommet de St Georges Hills


Voir aussi des photos prises au cours des vols -- Photos diverses


L'album des copains d'abord de Luc !

Photos de Thierry Sluys (novembre 2009 et mars 2010).

Autres photos de Montserrat sur le site d'Alain Catté.

Spectaculaires photos de Thomas Boeckel  & Martin Rietze

Soufrière Hills à la fin du mois d'avril 2007 - photos de T. Sluys et de T. Dockx.


Les passagers du vol Toronto - Saint Lucie du 11 février ont pu profiter d'une attraction aussi inattendue que spectaculaire. Ils ont assisté en direct aux conséquences de l'effondrement du dôme du volcan de Montserrat et ont pu observé le gigantesque panache éruptif qui s'est élevé à plus de 10 km d'altitude.
 

Le gigantesque panache éruptif du 11 février dernier photographié par une passagère du vol Toronto - Sainte Lucie

Le spectroradiomètre de résolution moyenne MODIS, placé à bord du satellite Aqua, a pris cette image en couleurs réelles le 11 février 2010 lorsque le dôme de Soufrière Hills s'est partiellement effondré. Un panache E-O dissimule l'île de Montserrat projetant une ombre vers le N.E..

Animation illustrant la modification du paysage basée sur les DEM/MNT drapés par une image de la NASA (29/12/2009). Cliquez sur l'image pour visualiser une carte 2D reportant les courbes de niveau du DEM résiduel. © Alino; 02/2010.